4584

Fin du premier module de Kanacono, premiers bilans

Par Nicolas Puillandre, MNHN

Il est l’heure pour Julie et Alan, les deux étudiants de l’Université de la Nouvelle Calédonie, de rentrer à Nouméa. Le calendrier austral fait que la période des examens arrive à grand pas pour eux.

Pour l’équipe à terre la fin de l’expédition approche aussi à grand pas. L’Alis débarquera ce soir son dernier lot de résidus à trier. C’est l’heure des bilans avant que l’Alis ne reprenne la mer pour le second leg qui l’emmènera bien plus au sud sur la ride de Norfolk. Où la distance sera telle qu’un retour à Terre chaque soir ne sera plus envisageable.

Pendant ce premier leg on estime que 1600 spécimens de mollusques ont été « barcodés » (conservés pour des études ADN) ; parmi eux Philippe Bouchet estime que 400 espèces déjà connues auparavant auraient été collectées pour la première fois vivantes. Certaines d’entre elles sont des espèces emblématiques de l’Île des Pins comme la lyre de kunié (le nom de l’Île des Pins en langue Kanak, Lyria kuniene) ou le xénophore du père Lambert (un des premier missionnaire de l’île ; Stellaria lamberti). Un certain nombre de cônes des profondeurs (Profondiconus), l’un des objectifs principaux de la campagne, ont été collectés. Pour ce qui est des espèces nouvelles, seul le temps le dira mais Sasha Fedosov suspecte que rien que chez les Marginellidae (une famille de gastéropodes) les espèces se compteraient en plusieurs dizaines, dont certaines sont très certainement nouvelles pour la science. Les autres groupes ne sont pas en reste ; certaines éponges semblent tellement atypiques qu’elles pourraient être également des nouvelles espèces.

Pour ma part un des évènements marquant a été de pouvoir observer pour la première fois un Bursidae vivant. Très peu d’espèces de ce groupe vivent en profondeur et il est fort à parier que l’espèce que nous avons collecté (Bursa quirihorai) n’avait jamais été photographiée vivante auparavant.

Mais trêve de science, ce soir c’est le repas de fin de mission, tout le monde est réunis à l’IGESA (sauf ceux de quart sur l’Alis) et Philippe nous a préparé une surprise : au menu ce soir nous aurons des Bulimes (Placostylus fibratus), de gros escargots terrestres (une spécialité de l’Île des Pins), même si certains n’ont pas l’air très emballés. Mais tout le monde est content de décompresser ensemble.

Le lendemain c’est un jour de repos pour l’équipe de l’Alis. Alors qu’ils profitent des merveilles de l’Île des Pins nous finissons de trier le dernier lot issu des dragues de la veille (pas grand-chose de vivant). Nous fixons les derniers spécimens dans l’alcool, nous fermons le dernier bidon et c’est fini, le premier leg de KANACONO est officiellement terminé.

 

Bursa quirihorai, Profondiconus cf. kanakinus, Lyria kuniene, Perotrochus caledonicus Bursa quirihorai, Profondiconus cf. kanakinus, Lyria kuniene, Perotrochus caledonicus

Comme promis au début de la mission l’après-midi du dernier jour fut consacrée à une restitution préliminaire en présence du grand chef Hilarion Vendégou, qui se verra offrir une dent de requin remontée par l’une des dragues et un livre offert par Jean François Barazer, le commandant de l’Alis.

A la fin de la restitution il est temps pour les deux équipes de se dire au revoir. Les marins chargent dans le pick-up les 200 litres d’Alcool de laboratoire nécessaires au bon déroulement du second leg. Quelques poignées de mains plus tard ils sont partis vers l’Alis qui appareillera à 4h le lendemain.

Quant à nous il nous reste à ranger nos dernières affaires, sécuriser le matériel qui restera à l’IGESA en attendant le retour du Bateau dans une semaine et commencer le voyage de 26h qui nous ramènera à Paris.