4939

Les mollusques parasites

Le parasitisme est un mode de vie qui est apparu avec succès de très nombreuses fois dans l'histoire de la vie. Si l'on définit le parasitisme comme la relation obligatoire d'un organisme avec un hôte sans causer sa mort, alors les parasites sont un composant majeur de la biodiversité puisqu'ils représentent de l'ordre de la moitié des espèces présentes sur terre. Ce mode de vie est apparu plus de 200 fois dans 15 phylums du règne animal et plusieurs de ces lignées se sont particulièrement diversifiées au cours de l'évolution.

Parasitism is one of the commonest and most successful modes of life on Earth. Parasites are a critical component of biodiversity by representing roughly half the known animals on Earth, if parasitism is defined broadly as ‘obligate feeding on a living organism without death to the host.’ This lifestyle has been acquired more than 200 times in 15 phyla of the animal kingdom and several of these parasitic lineages have achieved great diversification over time.

Chez les gastéropodes, toutes les espèces de la famille des Eulimidae sont des parasites sur les cinq classes d'échinodermes : les Echinoidea (oursins ; Fig. 1), Holothuroidea (holothuries ou concombres de mer ; Fig. 2), Asteroidea (étoiles de mer ; Fig. 3), Ophiuroidea (ophiures ; Figs 4, 5) et Crinoidea (comatules et crinoïdes ; Fig. 6), et les stades successifs de spécialisation vers le mode de vie parasitaire s'observent dans chacune des classes. Tous les Eulimidae se nourrissent des tissus cutanés et fluides corporels de leurs hôtes, mais leurs modes de vie peuvent différer : certaines espèces sont des parasites temporaires capables de se déplacer en rampant d'un hôte à un autre et d'autres, profondément modifiées, ectoparasites ou endoparasites, sont attachées de manière permanente à l'extérieur ou à l'intérieur du corps de leur hôte (Fig. 7).

Marine snails and limpets of the gastropod family Eulimidae parasitize echinoderms including all five classes, namely Echinoidea (sea urchins; Fig. 1), Holothuroidea (sea cucumbers; Fig. 2), Asteroidea (sea stars; Fig. 3), Ophiuroidea (brittle stars; Figs 4, 5) and Crinoidea (feather stars; Fig. 6), and sequential stages of specialization to the parasitic mode of life have been found in association with each host class. While uniformly feeding on the dermal tissues and body fluids, eulimids include both temporary parasites that crawl from host to host and highly modified ectoparasites and endoparasites that permanently attach to or live inside the body of the host (Fig. 7).

Fig1. Mollusque parasite de la famille des Eulimidae, du genre Hypermastus, sur un oursin, Lovenia elongata ©  Tsuyoshi Takano / MNHN Fig1a. Mollusque parasite de la famille des Eulimidae, du genre Hypermastus, sur un oursin, Lovenia elongata © Tsuyoshi Takano / MNHN
 Fig1b. Zoom sur le mollusque parasite de la famille des Eulimidae, du genre Hypermastus, sur un oursin, Lovenia elongata © Tsuyoshi Takano / MNHN Fig1b. Zoom sur le mollusque parasite de la famille des Eulimidae, du genre Hypermastus, sur un oursin, Lovenia elongata © Tsuyoshi Takano / MNHN
Fig2. Eulimidae, du genre Melanella, parasitant un concombre de mer, Holothuria atra, sur le récif corallien de l'Îlot de la Table © Yasunori Kano / MNHN Fig2a. Eulimidae, du genre Melanella, parasitant un concombre de mer, Holothuria atra, sur le récif corallien de l'Îlot de la Table © Yasunori Kano / MNHN
Fig2b. Zoom sur l'Eulimidae, du genre Melanella, parasitant un concombre de mer, Holothuria atra, sur le récif corallien de l'Îlot de la Table © Yasunori Kano / MNHN Fig2b. Zoom sur l'Eulimidae du genre Melanella, parasitant un concombre de mer, Holothuria atra, sur le récif corallien de l'Îlot de la Table © Yasunori Kano / MNHN
Fig3. Deux espèces d'Eulimidae, Parvioris fulvescens et P. shoplandi, s'attachant à une étoile de mer, Archaster typicus, dans un herbier de l'Anse de Koumac © Yasunori Kano / MNHN Fig3. Deux espèces d'Eulimidae, Parvioris fulvescens et P. shoplandi, s'attachant à une étoile de mer, Archaster typicus, dans un herbier de l'Anse de Koumac © Yasunori Kano / MNHN
Fig4a. Eulimidae du genre Hemiliostraca parasitant une étoile de mer, Ophiomastix annulosa, sur le récif corallien de l'Îlot Kendec © Yasunori Kano / MNHN Fig4a. Eulimidae du genre Hemiliostraca parasitant une étoile de mer, Ophiomastix annulosa, sur le récif corallien de l'Îlot Kendec © Yasunori Kano / MNHN
Fig4b. Zoom sur l'Eulimidae du genre Hemiliostraca parasitant une étoile de mer, Ophiomastix annulosa, sur le récif corallien de l'Îlot Kendec © Yasunori Kano / MNHN Fig4b. Zoom sur l'Eulimidae du genre Hemiliostraca parasitant une étoile de mer, Ophiomastix annulosa, sur le récif corallien de l'Îlot Kendec © Yasunori Kano / MNHN
Fig5. Eulimidae tacheté de vert, Stilapex montrouzieri, parasitant Macrophiothrix longipeda, une autre espèce d'étoile de mer © Arthur Anker / MNHN Fig5. Eulimidae tacheté de vert, Stilapex montrouzieri, parasitant Macrophiothrix longipeda, une autre espèce d'étoile de mer © Arthur Anker / MNHN
Fig6. Mollusque de la famille des Eulimidae, du genre Curveulima, parasitant une étoile de mer de la famille des Comasteridae sur le Grand Récif de Koumac © Yasunori Kano / MNHN Fig6a. Mollusque de la famille des Eulimidae, du genre Curveulima, parasitant une étoile de mer de la famille des Comasteridae sur le Grand Récif de Koumac © Yasunori Kano / MNHN
Fig6b. Zoom sur le mollusque de la famille des Eulimidae, du genre Curveulima, parasitant une étoile de mer de la famille des Comasteridae sur le Grand Récif de Koumac © Yasunori Kano / MNHN Fig6b. Zoom sur le mollusque de la famille des Eulimidae, du genre Curveulima, parasitant une étoile de mer de la famille des Comasteridae sur le Grand Récif de Koumac © Yasunori Kano / MNHN
Fig 7. Un couple de Megadenus cantharelloides, Eulimidae endoparasites, une grande femelle et un petit mâle, vivent dans un concombre de mer, Stichopus chlorotus © Tsuyoshi Takano / MNHN Fig7. Un couple de Megadenus cantharelloides, Eulimidae endoparasites, une grande femelle et un petit mâle, vivent dans un concombre de mer, Stichopus chlorotus © Tsuyoshi Takano / MNHN

La famille des Pyramidellidae est une autre famille de gastéropodes parasites très diversifiée, avec des milliers d'espèces dans le monde. Ils sucent le sang d'autres mollusques (Fig. 8) ou d'annélides polychètes. La plupart des Pyramidellidae sont des parasites temporaires ; leur pied reste fonctionnel, et la spire élevée de leur coquille facilite sans doute leur pénétration dans le sédiment. Certaines espèces impactent négativement leurs hôtes bivalves tels que les bénitiers et les huitres, et sont susceptibles d'affecter les élevages de ces espèces.

The family Pyramidellidae is another parasitic group of marine snails with thousands of species worldwide. They suck the blood of other molluscs (Fig. 8) or annelid worms. Most pyramidellids are temporary parasites and bear a functional foot and a high-spired shell that may facilitate efficient crawling in soft sediment. Some species have negative impacts on such bivalve hosts as giant clams and oysters, thus negatively affecting fishery resources as pests.

 

Fig8. Mollusque de la famille des Pyramidellidae, du genre Turbonilla parasitant un bivalve Barbatia sp. cf. lima © Tsuyoshi Takano / MNHN Fig8. Mollusque de la famille des Pyramidellidae, du genre Turbonilla parasitant un bivalve Barbatia sp. cf. lima © Tsuyoshi Takano / MNHN

Un troisième groupe de gastéropodes parasites particulièrement remarquable est représenté par les espèces du genre Caledoniella, ainsi baptisé en 1869 en l'honneur de la Nouvelle-Calédonie. Ces gastéropodes vivent attachés par leur pied-ventouse sur la face ventrale des squilles - des crustacés prédateurs extrêmement mobiles de la famille des Gonodactylidae. Le mâle et la femelle y occupent une position particulière et la femelle y dépose ses capsules ovigères (Fig. 9). Leur présence a un impact très négatif sur leur hôte - réduction du taux de croissance, réduction de la fréquence des mues, et même stérilité.

The third, particularly unique group of parasitic gastropods includes snail species in Caledoniella, a genus named after New Caledonia in the 19th century. They live attached by their sucker-like foot to the fast-moving, predatory mantis shrimps of the family Gonodactylidae. A male and a female occupy their particular positions on the belly of a shrimp and the female lays egg capsules in between (Fig. 9). Their presence causes serious disadvantages to the host, including a reduced growth rate and molting frequency as well as sterility.

Fig9a. Des spécimens de Caledoniella montrouzieri attachés au ventre d'une crevette prédatrice du genre Gonodactylus sur le Récif de l'Infernet. Un petit mâle au milieu près des pattes et une femelle plus grande près de la queue ©  Arthur Anker / MNHN Fig9a. Des spécimens de Caledoniella montrouzieri attachés au ventre d'une crevette prédatrice du genre Gonodactylus sur le Récif de l'Infernet. Un petit mâle au milieu près des pattes et une femelle plus grande près de la queue © Arthur Anker / MNHN
 Fig9b. Zoom sur l'espèce de Caledoniella montrouzieri attachée au ventre d'une crevette prédatrice du genre Gonodactylus sur le Récif de l'Infernet. © Yasunori Kano / MNHN Fig9b. Zoom sur l'espèce de Caledoniella montrouzieri attachée au ventre de la crevette prédatrice du genre Gonodactylus sur le Récif de l'Infernet. © Yasunori Kano / MNHN
Fig10. Prélèvement de mollusques parasites sur le Grand Récif de Koumac © Yasunori Kano / MNHN Fig10. Prélèvement de mollusques parasites sur le Grand Récif de Koumac © Yasunori Kano / MNHN

Par Yasunori Kano et Tsuyoshi Takano.