4790

Koumac "Revisité"

En 1993, une mission avait été réalisée à Koumac pour échantillonner les mollusques de cette grande  barrière de corail et du lagon. Cette mission avait permis de collecter, sur une superficie de moins de 30 000 hectares, 127 652 spécimens représentant 2 738 espèces. 20% des espèces étaient représentées par des spécimens uniques, ce qui documente la proportion considérable d'espèces (naturellement) rares dans la composition de la faune.

25 ans plus tard La Planète Revisitée retourne sur le site de Koumac comprenant aussi le lagon de Kaala-Gomen et les Bouches du Diahot (Ouegoa). L’expédition permettra sans aucun doute la découverte de centaines d'espèces de mollusques et de crustacés nouvelles pour la science et aussi de documenter les changements éventuels survenus entre temps dans la composition de l'écosystème.

La mission de 1993 était une expédition de 13 personnes ciblant uniquement le taxon « mollusques ».

L’expédition Koumac 2, est forte d’une équipe d’une cinquantaine de personnes de 10 nationalités : chercheurs, amateurs de haut niveau, gestionnaires, personnels de soutien, pilotes de bateaux, référents pédagogiques ; elle implique également de nombreux partenaires locaux. Une mission avec davantage de participants, donc, mais aussi de nouvelles méthodes d’étude : utilisation des outils numériques et moléculaires. En effet, par rapport à 1993, une partie des spécimens seront désormais étudiés à l’échelle moléculaire, par séquençage de l’ADN.

La photographie numérique a également révolutionné l’étude de la biodiversité. La conservation des échantillons dénaturant souvent les couleurs des spécimens, la photographie permet la  conservation de caractères additionnels nécessaires à la détermination.

Traitement des échantillons au laboratoire © Elise Trinquet / MNHN Traitement des échantillons au laboratoire © Elise Trinquet / MNHN
Photographie numérique des échantillons © Elise Trinquet / MNHN Photographie numérique des échantillons © Elise Trinquet / MNHN
Prélèvement de tissu pour le séquençage © Elise Trinquet / MNHN Prélèvement de tissu pour le séquençage © Elise Trinquet / MNHN

Koumac 2 se fera en 2 phases. Pour septembre 2018, les récoltes sur le terrain sont faites par des échantillonnages en plongée de nuit et de jour (photo 1) et à marée basse (photo 2). A chaque station est assignée un code (photo 3)  qui est associé à des coordonnées GPS, profondeur, date, habitat…. Chaque spécimen est lié à sa station de prélèvement. Au laboratoire, les spécimens sont triés, examinés, photographiés et mis en collection.

Repérage des stations d'étude © Elise Trinquet / MNHN Repérage des stations d'étude © Elise Trinquet / MNHN
Opérations en plongée © Laurent Charles / MNHN Opérations en plongée © Laurent Charles / MNHN
Opérations en plongée © Laurent Charles / MNHN Opérations en plongée © Laurent Charles / MNHN

Une fois la phase de terrain terminée, tous les échantillons sont envoyés au Museum pour poursuivre et compléter le travail commencé : étude par un expert et analyses moléculaires. La phase post expédition est la plus longue et la plus importante car c’est à ce moment-là que les spécimens sont nommés et référencés.  L’analyse de tous les spécimens échantillonnés et éventuellement la description d’une nouvelle espèce peut prendre plusieurs années.

Le 4 septembre 2018, après seulement 4 jours de mission, le nombre de mollusques recensés était de l’ordre de 400.

Par Elise Trinquet.