5085

Chasse aux limaces de mer…terrestres !

Dans le cadre de l'expédition Koumac 2, nous avons également étudié les zones humides des plages supérieures ou des forêts de mangroves, où de nombreux mollusques amphibies vivent dans les crevasses sur des roches calcaires ou de bois flottés en décomposition.

During surveys for Koumac 2 Expedition, we also surveyed the moist zones of upper beaches or mangrove forests, where many amphibious molluscs live in crevices on rotting driftwood or limestone rocks.

Ces animaux sont capables de respirer l'air, de résister à la dessiccation et aux températures élevées, mais leurs larves se dispersent encore par la mer et vivent donc la zone supérieure de balancement des marées. Au cours de notre étude de ces habitats supratidaux près de l'embouchure de la rivière Diahot, la plus grande rivière de la province du Nord, nous avons trouvé des limaces minuscules mais vraiment charmantes sur la face inférieure des vieilles noix de coco et des roches enterrées dans le sable humide. Ce sont les premiers signalements de limaces de mer Aitengidés en Nouvelle-Calédonie ! C'est aussi le signalement le plus méridional de la famille des Aitengidae.

These animals often have to capability to breathe air, to withstand some desiccation and high temperatures, but their larvae still disperse by sea and they thus live close to the highest level of the tides. During our survey of such supratidal habitats near the mouth of the Diahot River, the largest river in the North Province, we found tiny but really charming slugs on the underside of old coconuts and rocks that were embedded in moist sand. Voilà – these were the first records of aitengid sea-slugs in Nouvelle-Calédonie! This also is the most southerly record of the family Aitengidae.

 

Regardons de plus près la zone intertidale supérieure de la rivière Diahot © Haga Takuma / MNHN Regardons de plus près la zone intertidale supérieure de la rivière Diahot © Haga Takuma / MNHN

Ces mignonnes et potelées limaces n'ont été découvertes qu'il y a moins d'une décennie et ont été décrites comme une toute nouvelle famille de limaces amphibies et semi-terrestres. Leur corps est brillant comme une goutte de rosée et très collant au toucher, du fait d’un mucus épais qui les protège de la dessiccation. Elles ne sont actives que la nuit, de sorte que lorsqu'elles sont exposées au soleil par un scientifique curieux qui retourne leur roche, elles fuient rapidement la lumière, laissant derrière elles une petite traînée de mucus. Ces animaux intéressants respirent par un réseau de vaisseaux sanguins dorsaux, ont un squelette de soutien constitué de spicules minéraux sous leur peau et mangent probablement les œufs d'autres escargots vivant dans le même habitat. Leur dispersion entre les îles reste un mystère.

These cute and chubby slugs were only discovered less than a decade ago and described as a wholly new family of amphibious, semiterrestrial slugs. Their body is shiny like a dewdrop and very sticky if touched, both caused by a thick mucus protecting them from desiccation. They are only active at night, so when exposed from under their rocks by an inquisitive scientist, they crawl away from the light quickly, leaving a small mucus trail behind. These interesting animals breathe through a network of blood vessels in their back, have a supporting skeleton of mineral spicules in their skin, and probably eat the eggs of other snails living in the same habitat. How they disperse between islands is still a mystery.

 

Aiteng cf. mysticus, mangrove du fleuve Diahot © Arthur Anker / MNHN Aiteng cf. mysticus, mangrove du fleuve Diahot © Arthur Anker / MNHN

Il pourrait s'agir d'une espèce très répandue également présente dans le sud du Japon et en Papouasie-Nouvelle-Guinée. On peut voir des petits spicules dans sa peau. Cet animal mesure environ 6 à 8 millimètres de long. A notre connaissance, les spécimens juvéniles (environ 1 mm de long) échantillonnés sont les premiers du type à être découverts.

This might be a widespread species also occurring in southern Japan and in Papua New Guinea. You can see little spicules in its skin. This animal is about 6 to 8 millimeters long. Juvenile specimens (about 1 mm long) are the first ones known to us.

En plus de leur étrangeté anatomique, les Aitengidae ont offert aux malacologues une série de surprises : après la découverte d'espèces vivant dans les mangroves et les rochers sur les côtes tropicales du Pacifique occidental, une troisième espèce a été trouvée dans les forêts tropicales de Palau qui est entièrement terrestre. De retour dans nos laboratoires à Tokyo et Munich, nous avons démêlé les relations de la famille et découvert que leur plus proche parent connu est une limace d'eau profonde de taille similaire (genre Bathyhedyle) qui n'a été découverte que très récemment pendant la campagne océanographique Mainbaza du MNHN Paris, une limace d'eau saumâtre découverte pendant l'expédition Santo 2006 du MNHN (Pseudunela espiritusanta) et les limaces d'eau douce Indo-Pacifiques des Acochlidiidae, connus depuis longtemps. Tous appartiennent au groupe appelé Acochlidiacea ou Acochlidia, un groupe de limaces à large distribution, qui ne contient que des limaces interstitielles, animaux minuscules et incolores vivant entre les grains de sable. Cette variété d'habitat, de taille et de forme fait du petit groupe d'Acochlidiacea l'un des plus diversifié parmi les gastéropodes !

Besides their anatomical weirdness, Aitengidae have offered malacologists a series of surprises: after discovery of mangrove- and rock-dwelling species on coasts of the tropical western Pacific, a third species was found in rainforests of Palau that is fully terrestrial. Back in our laboratories at Tokyo and Munich, we stepwise unraveled the relationships of the family and found that their closest known relative are a similarly sized deepsea slug (genus Bathyhedyle) that was also only discovered very recenty during Mainbaza cruise of MNHN Paris, a brackish-water slug discovered during expedition Santo 2006 by MNHN (Pseudunela espiritusanta), and the long-known Indo-Pacific freshwater slugs of the Acochlidiidae. All belong the group called Acochlidiacea or Acochlidia, a circumglobally distributed group of slugs which otherwise contains only interstitial seaslugs, minuscule and colourless animals living between the grains of marine sands. This variety of ecology, size, and form makes the small group of Acochlidiacea one of the most diverse ones among gastropods!

Bathyhedyle, une limace des grands fonds de l'océan Indien occidental, est le plus proche parent connu de l’Aiteng © Tin-Yam Chan / MNHN / PNI Bathyhedyle, une limace des grands fonds de l'océan Indien occidental, est le plus proche parent connu de l’Aiteng © Tin-Yam Chan / MNHN / PNI

Retour en Nouvelle-Calédonie. En étendant notre étude au cours inférieur du Diahot, nous avons trouvé d'autres spécimens d'Aiteng qui semblent très différents de toutes les espèces décrites ! Deux autres échantillonnage dans la région ont montré que l'espèce ne vit qu'à l'intérieur d'une petite zone de débris rejetés et accumulés sur certaines plages.  Excitant - il s'agit clairement d'une nouvelle espèce connue jusqu'à présent seulement dans la Province du Nord de la Nouvelle-Calédonie !

Back to New Caledonia. While extending our survey of the lower Diahot River towards the sea, we found other Aiteng specimens that look very different from all described species! Two more surveys of the area showed that the species lives only inside a narrow favorable band of accumulated debris on some beaches.  Exciting – this is clearly a new species so far only known from the North Province of New Caledonia!

Cet animal est plus grand, plus long et a une coloration différente de toutes les autres espèces d'Aiteng décrites © Arthur Anker / MNHN Cet animal est plus grand, plus long et a une coloration différente de toutes les autres espèces d'Aiteng décrites © Arthur Anker / MNHN

Par Takuma Haga et Bastian Brenzinger.