5128

Montage d’une campagne océanographique : une course de fond

9 mois de préparation pour organiser la campagne KANADEEP II…

L’organisation d’une campagne océanographique comme KANADEEP II est initiée très en amont de la phase opérationnelle et nécessite une coordination importante entre les différents organismes impliqués…

 

Dans le cas de KANADEEP II, un projet nécessitant un navire océanographique français, le chef de mission soumet un dossier aux instances de la flotte océanographique française.

 

Un dossier scientifique et technique a été soumis en septembre 2015 pour une programmation à partir de 2017 pour couvrir les deux missions KANADEEP I sur l’Alis et KANADEEP II sur l’Atalante. Une commission scientifique évalue l’intérêt du dossier scientifique soumis, les compétences de l’équipe proposante mais aussi la faisabilité de la campagne.  Si tous ces éléments sont positifs la campagne est classée comme programmable.

 

Après cette première étape, une seconde commission est en charge de la programmation. Un examen de l’ensemble des dossiers retenus, des zones géographiques ciblées, des navires et engins demandés mais aussi du budget disponible détermine la date à laquelle la campagne sera finalement programmée.

 

La première partie de KANADEEP a été programmée dès 2017, car l’Alis est basé à Nouméa. Pour Kanadeep II, il a fallu attendre qu’un pool de campagnes sur la zone soit classées pour envoyer l’Atalante dans le Pacifique. Il a donc fallu patienter jusqu’en 2019 !

 

Une fois le navire obtenu, il faut avoir les autorisations nécessaires.

 

La campagne KANADEEP II concerne la ZEE (Zone Economique Exclusive) de la Nouvelle-Calédonie, collectivité sui generis doté de son propre gouvernement.

 

Il était donc nécessaire d’adresser deux demandes distinctes :

une demande de campagne auprès de l’Etat français via l’Action de l’Etat en Mer ;

et une demande de permis de collecte dans les eaux de la Nouvelle-Calédonie, au Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie.

 

Concomitamment, il fallait anticiper l’exportation des équipements océanographiques. Ainsi, un container de 40 pieds (66 m3), prenait la mer le 22 juin pour arriver 38 jours plus tard à Nouméa avec les équipements de l’IFREMER et du Muséum national d’Histoire naturelle.

Matériel de campagne (Muséum et IFREMER) Matériel de campagne (Muséum et IFREMER)
Départ du container de 40' (66m3) en Nouvelle-Calédonie. Il mettra 38 jours pour rejoindre Nouméa par fret maritime Départ du container de 40' (66m3) en Nouvelle-Calédonie. Il mettra 38 jours pour rejoindre Nouméa par fret maritime