4683

KANADEEP - A la recherche de Profundiconus - 08 septembre

Aujourd’hui nous travaillons sur le Banc Bellona. Nous sommes particulièrement attentifs aux petits cônes du genre Profundiconus. C’est dans cette zone, entre 200 et 400 m de fond, qu’ont été récoltées il y a 5 ans, pendant la campagne EBISCO, deux espèces nouvelles : Profundiconus barazeri et Profundiconus viginiae.

Le genre Profundiconus a été caractérisé il y a 25 ans et ne contient que 26 espèces. Les spécialistes pensent qu’il reste de nombreuses espèces à découvrir. Comme son nom l’indique, le genre Profundiconus est un groupe inféodé aux milieux profonds (en dessous de 200 m). Les adultes sont de petite taille (moins de 10 cm) ; il a ainsi été confondu avec les juvéniles d’autres espèces de Conidae et n’a donc pas attiré l’attention des chercheurs jusqu’à l’utilisation d’outils moléculaires.

A bord, il est difficile d’identifier les espèces au sein du genre Profundiconus. En effet, l’identification au rang d’espèce demande une analyse pointue de plusieurs caractères indépendants comme : les caractères morphologiques de la coquille larvaire (forme et nombre de tours) et de la coquille adulte (sculptures, couleurs) ; les caractères anatomiques telle que la radula (dent des gastéropodes) ; et les caractères moléculaires (gèneCox1). 

C’est sur la base de ce type d’études intégratives, que les espèces Profundiconus barazeri et Profundiconus viginiae ont été décrites par Manuel Tenorio et Magalie Castelin en 2016, après leur mise en évidence par les analyses phylogénétiques établies par Nicolas Puillandre en 2014.

Ainsi, Profundiconus barazeri a été nommée après le Capitaine Jean-François Barazer, en reconnaissance de son dévouement et de son expertise dans l’exploration de la biodiversité marine profonde du Sud-Ouest Pacifique. De nombreuses espèces ont été découvertes pendant les campagnes en mer qu’il a très habilement commandées à bord du navire océanographique de l’IRD Alis.

De même, Profundiconus virginiae a été nommée après la Virginie Héros, chargée de la collection « mollusques » du Muséum et membre expérimentée de nombreuses expéditions naturalistes, en reconnaissance de son travail sur la faune profonde de Nouvelle Calédonie.

Demain nous serons sur le Plateau des Chesterfield où nous espérons trouver des spécimens de ces deux espèces et qui sait, peut-être d’espèces inconnues !